Accueil >> Article Critique >> Expédition Grand Rift

Expédition Grand Rift

Auteur(s): 

 

Les frères La Tullaye : explorateurs de l'eau

24,08, 2011

Geoffroy et Loïc de La Tullaye sont deux explorateurs qui nous permettent, via leur blog www.lesfrereslatullaye.fr, de partir à la découverte des rivières, des fleuves et des océans de la planète mais aussi des populations qui vivent grâce à ces sources d'eau. De passage en France avant un nouveau départ vers la vallée du Grand Rift en Afrique, Geoffroy a bien voulu répondre aux questions de Youthink!...

YT! Quel âge aviez-vous respectivement lorsque vous avez entrepris votre premier « voyage-documentaire » sur le thème de l'eau ?
Geoffroy de La Tullaye : Lorsque d'un coup de fil à mon frère est née cette aventure, nous avions respectivement 25 et 29 ans. Loïc travaillait comme commercial en Belgique, j'étais en passe de devenir trader en salle de marché. L'idée de notre première expédition était simple : partir explorer le monde tout en portant un message responsable qui donne du sens à notre démarche. Cela nous permettrait à la fois de combler notre désir de rencontres et de découverte tout en essayant d'apporter des éléments de réponse aux questions cruciales auxquelles nos sociétés sont confrontées. Le thème de l'eau s'est imposé à nous car il était simple, d'actualité et universel !

YT! Votre démarche s'inscrivait-elle dans le cadre de vos études ou de vos professions ?
GLT : Peut-être pour Loïc car il est ingénieur agronome mais en ce qui me concerne j'étais plus sur les liquidités financières... mais les mécanismes de la finance ne sont pas contraires à l'eau ! En réalité, au tout début de notre projet, le thème de l'eau était surtout un prétexte, mais très rapidement, il en est devenu le moteur.

YT! Comment est née l'idée du projet et comment avez-vous réussi à la concrétiser ?
GLT : Voyager autrement était notre leitmotiv. Partir, oui, mais pas comme ça sur un coup de tête ! Il a d'abord fallu trouver un concept (la vidéo), définir un public cible et convaincre des entreprises de nous apporter un soutien financier pour réaliser notre projet.

Nous avons choisi d'adresser notre message en priorité aux étudiants pour qu'ils suivent notre périple et en parlent autour d'eux. Cette aventure allait nous permettre de canaliser leur attention et de la focaliser sur la question de l'environnement. Nous voulions leur faire découvrir la réalité de l'eau dans le monde. Une découverte que nous avons partagée avec eux...

Parallèlement, nous avons monté des partenariats avec des hôpitaux (Trousseau à Paris et Reine Fabiola à Bruxelles) qui accueillaient des enfants malades. Et nous sommes ainsi devenus les yeux et les jambes de substitution de beaucoup de ces jeunes qui suivaient nos voyages depuis leurs lits d'hôpital.

Quant aux entreprises que nous avons démarchées, beaucoup ne voyaient pas l'intérêt de soutenir cette expédition, il leur semblait plus utile de construire des puits pour résoudre le problème de l'eau... Mais si la solution est aussi simple, alors comment expliquer qu'une personne sur cinq dans le monde n'a toujours pas accès à l'eau potable ?

Nous avons fini par prouver que la sensibilisation avait un sens, surtout en Europe où l'on oublie facilement l'importance de l'eau puisque chez nous elle coule en abondance. De fil en aiguille des personnes nous ont suivis et des entreprises soutenus financièrement.

YT! De nombreux lecteurs de Youthink! sont passionnés par l'eau et l'environnement. Quel conseil donneriez-vous à ceux qui cherchent des solutions pour monter leur propre projet ?
GLT : D'écouter leur intuition tout en se mettant au service d'une cause qui les inspire, même si parfois elle les dépasse. C'est je pense la plus belle chose qui puisse arriver à chacun de nous, gagner honnêtement sa vie tout en relevant des défis communautaires. J'entends par là satisfaire ses envies individualistes, car elles sont là, ancrées en nous, tout en sachant écouter les besoins du monde qui nous entoure...

YT! Lors de vos voyages, vous avez rencontré des populations pour qui l'eau potable est une denrée excessivement rare et précieuse, alors qu'en France, votre pays d'origine, l'eau pour ainsi dire « coule à flots » et chaque usager gaspille... combien ? Plusieurs milliers de litres par an ? Que vous inspirent ces différentes perceptions de l'eau et de son importance dans nos vies ?
GLT : Oui c'est intéressant, nous vivons sur une même terre, faisons les même gestes, buvons chaque matin les mêmes molécules d'eau mais pour autant pas avec la même pureté, la même facilité d'accès, la même conscience de sa rareté. Il y a de véritables injustices mais en sommes-nous personnellement responsables ? Devons-nous rougir de l'héritage de l'eau courante ? Je crois que nous n'avons pas conscience de la fragilité de l'eau et du vivant d'où ce gaspillage. C'est pour cette raison qu'il faut informer, sensibiliser les gens pour qu'ils comprennent que cette tragédie tue près de 15 000 personnes par jour. Nous avons de mauvaises habitudes, tenaces, que nous devons apprendre à remettre en question.

YT! Est-ce que le fait de fermer le robinet au lieu de laisser couler l'eau (par exemple quand on prend une douche, qu'on fait la vaisselle ou qu'on se lave les dents) peut aider à sauver des vies ?
GLT : Bien évidemment, l'eau qui est économisée chez nous ne sera pas envoyée là où elle manque cruellement. Cependant, ces gestes simples révèlent que l'on a conscience de partager les ressources d'une seule et même planète, et que l'on n'oublie pas la chance que l'on a d'avoir accès à l'eau courante, si rare dans d'autres régions du monde...

En outre, avec la mondialisation et le transport facilité des ressources d'un pays à un autre, il est intéressant de se pencher sur les conséquences que nos comportements de consommation peuvent avoir sur une région qui se trouve de l'autre côté du globe. Il y a par exemple un lien évident entre la disparition de la mer d'Aral et l'augmentation de la production de coton en Ouzbékistan. Or ce coton n'est pas consommé sur place mais bien chez nous, dans nos magasins...

Nous avons un réel « pouvoir » en tant que consommateur et nous devons être attentifs pour savoir comment en user de façon responsable. C'est sans doute là que réside une grande partie de la solution ! Rien n'est échangé ni produit dans le monde sans l'intervention de l'eau. Ce n'est donc pas si virtuel que ça, c'est juste invisible à nos yeux de consommateur, pour ne pas dire insensible...

 

(De gauche à droite : Geoffroy et Loïc de la Tullaye.)

YT! Vous venez de commencer un nouveau voyage en Afrique, dans la vallée du Grand Rift. Pouvez-vous nous raconter ce qui a motivé ce projet et ce en quoi il consiste ?
GLT : Nous souhaitons apporter des éléments de réponse à la question suivante : y a-t-il assez d'eau pour nourrir les 9 milliards d'habitants qui peupleront la Terre d'ici 2050 ?

Cette question fait régulièrement la une des journaux occidentaux. Poussée médiatique qui s'explique par le fait que les populations des pays développés commencent aujourd'hui à se soucier d'une ressource dont on pensait qu'elle ne viendrait jamais à manquer. L'accroissement de la population doublée de cataclysmes environnementaux sans précédent les oblige à prendre conscience d'une réalité impitoyable : l'eau est inégalement répartie dans le temps et dans l'espace et le désert ne cesse de gagner du terrain sur toute la surface de la Terre.

En 1950, cette même question aurait sans doute eu une résonance différente. À cette époque moins de 30 % de la population mondiale vivait en ville contre près de 50 % aujourd'hui. Globalement, l'accès à l'eau potable était tout aussi problématique mais à l'échelle régionale, les pays des zones tempérées se sentaient à l'abri du manque d'eau.

En 2011, la donne a totalement changée, l'eau est désormais principalement un défi urbain. Quel que soit le milieu rencontré, le mode de vie s'est uniformisé : la population mondiale devient de plus en plus citadine. Comment savoir si la pénurie d'eau douce qui menace les êtres vivants (car le problème ne concerne pas uniquement les humains) est due à un réel épuisement des ressources en eau ou bien à l'émergence au niveau mondial d'un mode de vie standardisé et déconnecté du milieu de vie qui nous mène à une consommation excessive ?

C'est pour répondre à ces questions que Loïc et moi avons entrepris cette exploration au cœur du Grand Rift africain qui nous amènera jusqu'en Israël.

YT! Finalement, votre démarche s'inscrit autant dans la volonté de protéger l'environnement que dans l'étude des sociétés humaines.
GLT : Oui, c'est vrai, mais nous ne cherchons pas à faire l'apologie du bon sauvage ni de la croissance zéro, et nous ne cherchons pas non plus à réduire le continent africain à une zone d'étude anthropologique sur les peuples primitifs. En revanche nos expéditions proposent des clés de lecture sur l'évolution de nos modes de vie et l'extraordinaire capacité d'adaptation de l'être humain en fonction de l'abondance ou de la rareté de l'eau. Finalement, la question que l'on pose à travers nos expéditions pourrait être formulée de la façon suivante : « Combien de temps les civilisations modernes pourront-elles continuer de développer des modes de vies qui ignorent de plus en plus le cycle naturel de l'eau ? 

 

Youthink! - MC 3-308
The World Bank
1818 H Street NW 
Washington, DC 20433
États-Unis
tél. : +1 202 473-1000
fax : +1 202 477-6391

 

Film(s) référent(s)

Expédition Grand Rift

Tanzanie
2012
Documentaire incarné

" Geoffroy et Loïc sont deux frères explorateurs passionnés par les questions de l’eau.